Lapsang & Capuccino

Douceur(s)

Poster un commentaire

L’autre soir, je prenais le bain avec ma fille, et pour la première fois, je lui ai remonté les cheveux dans la nuque pour ne pas trop les lui mouiller.
Elle était debout, de dos, occupée à jouer avec ses canards en plastique qu’elle plaçait alternativement sur le rebord de la baignoire pour les rejeter dans l’eau à grand renfort de papotage dans sa langue qui n’appartient encore qu’à elle.

IMG_0996

J’observais ses boucles qui lui cascadaient sur les oreilles, l’arrondi de ses joues, la courbe si gracieuse de sa nuque, son petit ventre rebondi, ce mélange de tout petit bébé qui se transforme en petite fille de plus en plus assurée, je me laissais envahir par ce sentiment de plénitude, et ce paradoxe de me dire qu’elle vient de mes entrailles mais qu’elle est en train de prendre son envol, devenant papillon aux couleurs qu’elle se choisit…

J’ignore pour quelle raison ce simple acte de lui attacher les cheveux autrement que d’ordinaire (en palmier sur le crâne pour qu’elle ne les ait pas dans les yeux) a provoqué tant d’émotion….peut-être parce qu’elle avait là une coiffure bien plus féminine qu’enfantine, ce petit chignon qui se résumait à une boucle repliée suffisait à la faire basculer d’un univers à l’autre et moi, comme toujours, j’ai l’impression de devoir prendre les rames derrière, et accélérer un bon coup pour suivre sa croissance, son évolution, sans me laisser distancer à la gare précédente, sans verser dans la nostalgie et la ralentir par des regrets inutiles, mais en voulant quand même prendre mon temps, sûrement plus qu’elle, et savourer…

Elle est pressée de grandir, je le sens, pressée de prendre son autonomie qu’elle grappille à chaque occasion, décidant de la direction qu’elle veut suivre quand on se promène, nous refusant sa main si on la lui garde trop longtemps….J’aime voir ce petit bout de fille s’imposer du haut de ses 80 cm et 10 kilos toute mouillée, j’aime l’idée d’avoir déjà à faire à un être à part entière qui a besoin de moi mais n’en est plus aussi dépendante…

Et pour boucler la boucle, me conforter encore là-dedans, j’écoutais son père hier, lui parler comme à une adulte de façon tellement naturelle, en lui expliquant le fonctionnement d’un objet sans l’infantiliser….Je l’admire, lui, d’être aussi spontané et à l’aise dans sa façon de faire, je me demande si finalement mes paroles ne reflètent pas ma difficulté à parfois me mettre à la hauteur de ma fille, au sens propre comme au figuré. Je ne m’en flagelle pas, pas plus que je ne m’en sens coupable, je suis juste heureuse de cette complémentarité entre son père et moi, et de la facilité de notre enfant à aller de l’un à l’autre et savoir réclamer celui qui lui convient au moment où elle le souhaite. Et j’espère de tout mon coeur que nous pourrons continuer longtemps encore ainsi, pour l’accompagner sur le chemin de la vie….

FDC

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s